Panier

Votre panier est vide

Continuer mes achats

Insomnie : comment mieux dormir avec la mélatonine ?

Insomnie : comment mieux dormir avec la mélatonine ?

Stress, exposition aux écrans, décalage horaire, environnement bruyant… nombreuses sont les causes réduisant la qualité du sommeil. Connaissez-vous les effets de la mélatonine sur le sommeil ? Celle que l’on appelle « l’hormone du sommeil » joue de nombreux rôles dans notre organisme dont celui de réguler et de favoriser le sommeil. On vous explique tout !

L’insomnie, c’est quoi ?

Selon l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), 1 français sur 5 souffre d’insomnie, qualifiée de sévère dans 9% des cas. Mais l’insomnie c’est quoi au juste ?

On parle d’insomnie lorsque le sommeil est difficile à obtenir, insuffisant, insatisfaisant et non-récupérateur. Il existe différents types de troubles du sommeil. Certaines personnes subissent un décalage de phase, ce qui ralentit la phase d’endormissement. D’autres, se réveillent plusieurs fois dans la nuit, ce qui coupe les cycles du sommeil, qui n’est alors plus réparateur. D’autres encore se réveillent trop tôt, et ne finissent donc pas correctement leur cycle. Au-delà de trois semaines d'insomnie, on parle d'insomnie chronique, liée à des facteurs physiologiques ou physiques. On dit que l’insomnie est sévère si elle se répète au moins trois fois par semaine depuis plus d'un mois.

Plusieurs facteurs peuvent causer des insomnies et des troubles du sommeil : le stress, les problèmes de digestion, le décalage horaire, les décalages de phases (cycles de sommeil désynchronisés), l’environnement (bruit, lumière, température…) ou encore certaines pathologies. Dans tous les cas, c’est un signe que la production de la mélatonine est perturbée.

Le rôle de la mélatonine dans le sommeil

La mélatonine est une hormone naturelle sécrétée par la glande pinéale (située dans le cerveau) en réponse à l'absence de lumière. Cette neurohormone est synthétisée à partir d'un neurotransmetteur, la sérotonine, qui dérive elle-même du tryptophane.

On peut en trouver naturellement dans les noix ou les cerises en faible quantité. Elle est également présente dans les graines de maïs, de tournesol ou de pavot. Dénommée « hormone du sommeil », elle participe à la régulation des rythmes chronobiologiques tels que les rythmes circadiens veille/sommeil. Aussi, lorsque la sécrétion de mélatonine est perturbée, les rythmes circadiens sont perturbés et nos cycles de sommeil se décalent ou se raccourcissent. Résultats, nous dormons mal et notre forme s’en ressent pendant la journée. Vous l’avez compris, la mélatonine, l'hormone du sommeil, joue de nombreux rôles dans notre organisme. En plus de réguler notre cycle veille / sommeil – la production de mélatonine dicte son rythme au cerveau – la mélatonine va également favoriser le sommeil en signalant au cerveau qu'il est temps de s'endormir.

La mélatonine pour mieux dormir

Pour pallier les désagréments liés au sommeil et notamment la difficulté d’endormissement ou les décalages horaires (jet-lag), la prise de mélatonine sous forme de complément alimentaire peut être une aide précieuse. C’est pour cela que nous avons développé une gamme Forté Nuit avec de la mélatonine pour vous aider à diminuer le temps d’endormissement et à atténuer les effets du décalage horaire : Mélatonine 1900 Flash , Mélatonine Spray 1900 ou encore Mélatonine 1000.

La mélatonine est aussi souvent associée à des plantes comme la valériane, la passiflore, le coquelicot ou encore le pavot de Californie comme c’est le cas pour Forté Nuit 8h qui va faciliter votre endormissement et vous offrir une vraie nuit réparatrice.

Les compléments alimentaires à base de mélatoninepeuvent apporter, suivant la réglementation française, moins de 2 mg/jour de mélatonine par jour. Le dosage recommandé en cas de légères difficultés d’endormissement est généralement de 1 mg /jour. L' Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) la déconseille aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants et aux adolescents, aux patients souffrant d’une maladie inflammatoire ou auto-immune. En outre, un avis médical est recommandé si l’on suit un traitement médicamenteux ou en cas de conduite de véhicules.